Opération Libre - les Canourgues Salon-de-Provence, Bouches-du-Rhône - 12 et 13 mai 2018

Ateliers pour les scolaires

Atelier objets connectés

Atelier d’initiation dans l’univers des objets connectés. Au programme de cet atelier : apprendre à contrôler facilement les objets connectés à l’aide d’une tablette. Nous questionnons comment ces objets peuvent changer notre quotidien, dans les objets de décoration, un vêtement, un jouet, un robot en objet intelligent pilotable avec un smartphone ou un ordinateur… De là à inventer la ville connectée de demain… ?

Atelier jeu vidéo

Atelier créatif à l'aide du jeu « Minecraft » pour permettre aux enfants de redessiner le quartier. Comme un jeu de construction géant, ils pourront créent sans limite de nouveaux espaces et imaginer le quartier du futur.

Atelier Vikidia

Petite sœur de Wikipédia, cette encyclopédie est spécialement dédiée aux enfants. Cet atelier permet de comprendre le fonctionnement d'un site participatif, de favoriser l'enrichissement de l'encyclopédie en complétant des articles sur le site.

Atelier en méthode mix

Ils doivent au départ mobiliser et partager leurs idées autour d’un sujet donné : imaginer le quartier du futur (à partir d'un jeu de cartes). Une phase consiste à prototyper l'idée du groupe : décrire son projet et le construire avec des lego. Cette atelier a permis de créer le dialogue avec les élèves sur les changements à venir dans le quartier et d’aborder la transition numérique, la rénovation urbain, les projets de concertation avec les habitants et de pouvoir recueillir le sentiment des enfants.

Diagnostic en marchant et carto sensible

Référents : Marine Ruffin (Cabanon vertical) et Florine Vanorle (Mise à jour)

Atelier objets connectés

Le Cabanon Vertical a fait découvrir le futur cheminement piéton au coeur du quartier. Il s’agissait de mobiliser et concerter des habitants autour de notre projet de Cheminement Doux. L’objectif était de parcourir avec des habitants le cheminement doux travaillé dans le cadre du projet urbain, afin de critiquer les espaces traversés, d’identifier collectivement les espaces à potentiels, établir un état des lieux prospectif de l’ensemble du parcours. L’association Mise À Jour a contribué au diagnostic en tant que rapporteur de contenu numérique (prise de son et photos).

  • initiation à la plateforme cartosensibles.fr
  • Transfert des données
  • Edition en ligne du parcours par la création de Marker (article, photo, son...)
Cette carte interactive, sur fond OpenstreetMap, permet de garder une trace de la balade réalisée, et de mettre en ligne articles, photos et captations audio, de mutualiser les ressources des acteurs présents pendant l’opération libre.


A découvir sur : http://cartosensibles.fr/maps/chemin-pieton/

Mapillary

Référents : Jean Louis Zimmerman pour Mapillary France et Cyrille Devillèle

Mapillary permet une vue immersive, à partir de photographies 360, sur fond de carte d’Open Street Map.

La carte se créée par la création de séquences de photographiques qui s’emboîtent les unes aux autres, pour créer un flux. Environ 400 photos classiques et 1400 photos 360 ° ont été réalisées (à pied, en vélo, en voiture) sur le territoire des Canourgues soit environ km (auxquelles on peut ajouter 800 photos 360° réalisées lors des préparatifs de l’événement).

Ces images sont ensuite envoyées à un serveur et traitées (par exemple pour flouter les visages et plaques d’immatriculation). Il s’agit d’un environnement automatisé permettant d'accélérer l’acquisition à grande échelle (détection automatique de passages piétons, limitation de vitesse par exemple).


A découvrir sur : https://www.mapillary.com/app/?lat=43.6511241212867&lng=5.101183249171868&z=15.41965008533213&focus=map



Expérimenter :

Cet événement a aussi l’occasion de tester et d’expérimenter de nouvelle façon de recueillir de la donnée avec par exemple la prise en main d’une perche de 12 mètres de haut, qui permet de faire des images stables comme un drone. Mais également d’essayer le dispositif de la Mairie de Dignes les bains qui développe des kits 360 permettant de pouvoir avoir clé en main, un outil pour réaliser la prise de vue sans difficulté (en y intégrant la géolocalisation). On peut aussi via Mapillary faire découvrir les événements de la vie locale comme par exemple le marché.

Open Street Map

Référent : Marin Garrigues, Openstreetmap PACA

Un travail de fond sur la catégorisation des espaces a été effectué sur ces 2 journées. Les participants se sont attachés à remettre à jour la carte OpenStreetMap du quartier en ajoutant/modifiant les rues et batiments, en taggant les commerces, mobiliers urbains, marquages routiers, cheminement piétons, élévation des batiments, espaces verts, espaces de jeux...

Les éléments suivant rendent compte de l’ensemble des ajouts produits sur cette Opération Libre.


Données produites :

https://tyrasd.github.io/latest-changes/#17/43.65057/5.10203

https://overpass-api.de/achavi/?zoom=16&lat=43.65137&lon=5.09892&layers=B0TTTFT


Comparaison OSM vs GoogleMap :

http://tools.geofabrik.de/mc/#18/43.6504/5.1028&num=2&mt0=mapnik&mt1=google-map

En 3D :

http://demo.f4map.com/#lat=43.6500476&lon=5.1024128&zoom=18


Accessibilité :

http://lizpoi.3liz.com/demo/index.php/lizpoi/map/?tree_id=3&selected=135,220,221,222&bbox=257795.632209,6242454.115436,264292.779612,6258133.260861&zoom=14

https://wheelmap.org/fr/map#/?lat=43.651071113580606&lon=5.102473497390747&nodeId=3620370136&zoom=17


Carte du quartier :

https://maposmatic.osm-baustelle.de/results//021794_2018-06-06_12-01_salon-de-provence-aix-en-provence-bouches-du-rhone-provence-alpes-cote-d-azur-france-metropolitaine-13300-france.pdf

Wikipedia

Référent : Florence Devouard, association Anthere

Cet atelier avait pour but de faire connaître cette encyclopédie collaborative mais aussi d’amener le public à contribuer, à rajouter du contenu et à améliorer le contenu existant.

Cette initiation a enrichi les pages suivantes :

  • la page de la ville de Salon-de-Provence, ajout de 3147 caractères comprenant une section spécifique sur le quartier des Canourgues
  • la page de Michel Tonon (ancien Mairie de Salon-de-Provence), ajout de 948 caractères

Ces images sont ensuite envoyées à un serveur et traitées (par exemple pour flouter les visages et plaques d’immatriculation). Il s’agit d’un environnement automatisé permettant d'accélérer l’acquisition à grande échelle (détection automatique de passages piétons, limitation de vitesse par exemple).

La page du quartier des Canourgues pourrait être admissible sur Wikipédia, il faudrait entreprendre la démarche pour le faire dans le cadre d’un atelier du centre social de l’AAGESC.

Wikimedia Commons

Plus de 200 photos du quartier et de l’OpL ont été produites sur ces 2 journées. 61 ont été publiées dans la catégorie Opération Libre (Canourgues) sur Commons. 4 dans la catégorie “les Canourgues”

Patrimoine naturel

Référente : Christelle Siros, formatrice horticulture

Balade botanique menée par Christelle. 7 Participants : Annabelle (habitante référente), Julie, Nadir, Arthur, Aïcha, Christie et Elsa. 24 espèces végétales identifiées, 7 espèces végétales référencées sur Tela Botanica.


Départ de l'AAGESC, puis direction la colline derrière le Centre de loisirs de la Bastide Haute. En remontant le boulevard Robert Schuman, nous avons identifié des plantes sauvages de saison qui poussent aussi en ville (Mauve, Coquelicot, Aster…), des arbres le long de la chaussée (Micocouliers, emblématique de la Provence, Muriers de Chine), ou plantés par les espaces verts de la ville (Prunus). Certaines plantes comme les Euphorbes sont toxiques mais maintenant souvent utilisées pour leur aspect esthétique dans les villes.


Christelle nous a donné aussi des informations sur les usages culinaires de certaines plantes que nous rencontrions : le coquelicot, dont les graines peuvent être utilisées mélangées à de la farine pour fabriquer du pain, et dont les fleurs peuvent être consommées en tisanes sédatives ou contre les extinctions de voix. Le sureau dont les fruits sont toxiques mangés crus, mais qui peuvent servir cuits, avec les feuilles de l’arbre, pour la préparation de tisanes, sirops ou vin de sureau.


Dans les collines, nous avions une belle vue sur le canal EDF qui borde la ville de Salon et le quartier des Canourgues. Nous avons fait une belle récolte d’asperges sauvages, rendues nombreuses par les récentes pluies, et nous avons appris à différencier celles comestibles de celles qui étaient « montées », et donc trop vieilles pour être consommées.


Tout le monde a été agréablement surpris de se rendre compte que la nature est présente à portée de main des habitants des Canourgues (notamment Annabelle ravie à l’idée revenir avec ses enfants pour cueillir des asperges sauvages), d’apprendre à identifier les espèces végétales de notre environnement pour savoir les reconnaître par la suite, et de poser un œil différent sur la nature présente dans notre environnement.

Accompagnement à l’ouverture des données - Salon de Provence

Référents :
Stéphane Delahaye - élu au numérique à la ville de Martigues
Cyrille Devillèle - Référent Open Data Ville de Digne-les-Bains et membre d’Open Data France
Thomas Bekkers - Chargé de mission Open Data pour la région Sud PACA
Arnaud Battarel - Chargé de coordination, association Anonymal


Cette rencontre a permis d’échanger avec 6 agents de la ville de Salon sur la mise en place d’une démarche Open Data au sein de la collectivité au travers 3 présentations : Stéphane Delahaye qui a présenté son regard d’élu sur la question de l’ouverture des données à Martigues, Cyril Devillèle qui a présenté son expérience de référent Open Data à Digne et Thomas Bekkers qui a présenté la nouvelle plateforme Open Data de la région. Ce temps d’échange a particulièrement été apprécié par les agents qui ont pu obtenir des réponses concrètes à des questions en lien avec la démarche d’ouverture des données publiques.

Ce temps de médiation s’est conclu par la publication sur la plateforme Datasud du premier jeux de données concernant la ville de Salon (jeux de données crowdsourcé lors d’une cartopartie OSM/Mapillary de l’Opération Libre).

Bilan et perspectives

Une première édition sur le territoire qui a permis de mobiliser les acteurs et les habitants du quartier sur les enjeux du Plan de Rénovation Urbaine qui s’opère et la volonté pour les instances d’en faire un smart quartier.

Nous avons pu proposer des actions de concertation sur le futur du quartier et des temps dédiés à la production de données dans le cadre de notre travail sur l’ouverture des données (open data) de la ville.

La mobilisation n’a pas été aussi forte que nous l'espérions dû à un calendrier particulier (un mois de mai comprenant un certain nombre de ponts) malgré l’appui du centre social l’Aagesc et des intervenants mais aussi des relais via nos supports de communication :

  • un site internet dédié à l'événement
  • un encart sur le site de la ville de Salon-de-Provence
  • des affiches
  • des flyers
  • une communication relayée par nos partenaires et diffuser via notre newsletter et les réseaux sociaux (facebook et twitter)
  • des articles de presse : un le vendredi (la Provence) et un le samedi (La Provence) mais également un dans le journal local (le Régional)

Ces journées ont permis de révéler les besoins en terme d’accompagnement des publics et ce qui peut être mis en place en terme d’outils et dispositifs numériques pour cette transition permettant à chacun de continuer à s’approprier son quartier sans forcément subir les mutations.

Lors de la restitution le public a pu constater le nombre important de données qui ont été produites sur ces 2 journées. Données immédiatement accessbles (OSM, Mapillary) au terme de ces 2 journées d’Opération Libre, un résultat impressionnant qui encourage les acteurs et habitants du territoire à poursuivre ses actions.

Ainsi, fort de ce constat, il nous semble important d’accompagner le centre social de l’Aagesc sur des ateliers jeunesse et grand public :

  • la contribution via Mapilary, Open Street Map, Vikidia ou encore Wikipédia sous différentes formes : jeu de piste, carto partie, geocaching
  • la découverte et l’initiation de la robotique avec une proposition autour des objets connectés
  • l’appropriation de nouveaux espaces : la fabrik (la maison du projet) qui se veut être un lieu innovant et tourné sur l’incubation de projet ou encore le montage du fablab à l’école Bastide Haute
  • la connaissance des différents projets en invitant les habitants à prendre part à des groupes de concertation thématisés.

Des journées autour de la collaboration et de la production de données qui feront naître de nouveaux projets sur le territoire.